Amis, buvons, mes chers amis buvons

Amis, buvons, mes chers amis buvons,
mais n'y perdons jamais la raison.
A force d'y boire, l'on perd la mémoire,
on va titubant le soir, à tâtons,
et l'on court les rues à saute-moutons.


J'en ai tant bu de ce bon vin nouveau
qu'il m'a troublé l'esprit du cerveau.
Avant que je meure, donnez-moi sur l'heure
de ce bon vin blanc qui brille dans mon verre
et qui fait chanter tous les amants sur terre.

Amis, buvons ... {etc.}

Ah, si jamais je vais dedans les cieux,
je m'y battrai avec le bon Dieu.
A grands coups de lance, tapant sur les anges,
je leur ferai voir que c'est mon devoir
de boire du vin du matin au soir.

Amis, buvons ... {etc.}

Ah, si jamais je vais dedans l'enfer,
je m'y battrai avec Lucifer
à grands coups de sabre pour tuer le diable.
Je lui ferai voir que c'est mon devoir
de boire du vin du matin jusqu'au soir.

Amis, buvons ... {etc.}

Amis, buvons ... {etc.}